Restauration fauteuil Louis XVI en traditionnelle.

Restauration fauteuil en traditionnelle. Garnissage du dossier en crin animal et assise en élancrin sur guindage semi-détendu avec ressorts 3 tours. Tissu d'ameublement Métaphores et clous déco Houlès.

Restauration fauteuil LOUIS XVI.

Pose de la toile à carreaux. cloutage à la semence de 2 onces.

La toile à carreaux a son utilisation comme toile de soutien pour l'arrière du dossier. on la cloue  alors très tendue dans le sens de la hauteur avec de la 2° onces. 

Mise en crin animal du dossier.

Avant la pose, il importe de connaître ou de déterminer à l'avance les hauteurs de garniture à obtenir, pour pouvoir placer dans chaque lacets la quantité de crin nécessaire. Cette quantité ne peut être déterminée ni en poids, ni en volume, étant donné les qualités variables des crins animaux ou végétaux. 

Point de fond.

 Il a pour but de maintenir le crin et la toile d'embourrure.

Mise en forme du dossier. 

Piquage du dossier.

Le piquage consiste, au moyen de carrelet courbe et ficelle, à façonner le travail, c'est-à-dire à lui donner sa forme définitive et assurer sa solidité dans le temps. La forme définitive n'est acquise qu'avec plusieurs rangs de piquage.

 

Mise en blanc du dossier et pose du tissu. 

Confection de manchette en toile blanche. 

Pose du tissu et finition sur manchette. 

Sanglage et guindage de l'assise. 

Le sanglage constitue dans son ensemble le premier plancher du siège tel des fondations. C'est lui qui fatigue le plus, supportant tout le poids de la personne. Il est constitué de bande en jute semi-rigide que l'on appelle la sangle. Les sangles sont toujours posées entrecroisées pour augmenter la résistance du sanglage. Il ne doit pas y avoir de jour entre elles, pour éviter tout passage de crin et de poussière. 

Le guindage constitue dans son ensemble une opération très importante du fait que de sa réussite dépendent la forme finale du siège, et son usage. Il consiste à réduire et maintenir les ressorts dans une position propre à leur fonctionnement mécanique par un passage de cordes.   

Mise en crin assise. 

Avant la pose, il importe de connaître ou de déterminer à l'avance les hauteurs de garniture à obtenir, pour pouvoir placer dans chaque lacets la quantité de crin nécessaire. Cette quantité ne peut être déterminée ni en poids, ni en volume, étant donné les qualités variables des crins animaux ou végétaux. 

Emballage, point de fond de l'assise et rabattage.

La mise en crin étant faite on procède à la mise en toile, opération qui s'appelle l'emballage et qui consiste à donner la première forme au siège.  Après, on procède au point de fond, piqûres perpendiculaires à l'horizontale, qui ont pour but de maintenir le crin et la toile d'embourrure. Faire attention en effectuant cette opération de ne pas prendre les spires des ressorts avec la ficelle, afin d'éviter une déformation au serrage. 

Piquage de l'assise. Trois points avant et point de bourrelet à point noué. 

Le piquage consiste, au moyen de carrelet courbe et ficelle, à façonner le travail, c'est-à-dire à lui donner sa forme définitive et assurer sa solidité dans le temps. La forme définitive n'est acquise qu'avec plusieurs rangs de piquage. Malheureusement, certains tapissiers, peu consciencieux se contentent d'un façonnage moins cher. En réduisant le nombre des rangs de piquage. ils font donc une économie de ficelle et de main d'oeuvre. Mais la victime est le client, auquel on livre un siège dont la durée de vie sera éphémère et qui devra être soumis à réfection à bref délai. Mauvais travail, préjudiciable à la profession tout entière et d'abord à celui qui s'y laisse aller.    

Piqûre de crin animal sur assise. 

Terme de métier, concernant une mise en crin sur un travail déjà ouvragé et dont les formes finales sont déterminées. Elle a pour but de présenter une surface moelleuse enlevant toute rugosité à la garniture. elle est maintenue par des lacets tendus et répartie en petite quantité très soigneusement. 

La mise en blanc de l'assise.

La mise en blanc consiste à une première mise en étoffe, en tant que doublure, elle sert à préserver le tissu et à obtenir un objet semi terminé qui permet la coupe et la pose de l'étoffe. On pose la toile blanche avec de la 3° onces ou de la 2° onces sur dossier. 

Pose de tissu et clous décoratifs. 

En tout état de cause , on pose obligatoirement  de la ouate avant la pose du tissu. On dispose de différentes qualités en coton blanches ou grises ou synthétiques (appelé Dacron) . Si utilisation de ouate de coton, ne pas omettre de retirer la peau rugueuse qui entoure la ouate avant usage et de la dédoubler. Pour la pose du tissu, les qualités de bon goût et de soins sont nécessaires. En raison de la valeur ajoutée des tissus.